Comment protéger ses enfants des abus ?

Hello les parents ! Cela pourrait peut-être vous choquer mais saviez-vous que la grande majorité des prédateurs sexuels se retrouvent dans l’entourage immédiat de leur victime ?

Que cette dernière soit un enfant ou un adulte, les abus sexuels sont souvent commis par une personne de confiance, une personne de qui l’on n’aurait jamais soupçonné de tels actes.

En tant que parents, nous ne pouvons pas être présents 24 heures sur 24 auprès de nos enfants. Et en notre absence, ils entrent en interaction avec plusieurs individus : la nounou, le gardien, l’instituteur, l’oncle, le voisin, le cousin… La menace est bien réelle et l’on ne sait d’où le danger peut survenir. Sans sombrer dans la paranoïa, il est important de savoir que les pédophiles existent bel et bien même si l’on n’en parle pas souvent, d’où l’importance de protéger nos enfants. 

Sensibiliser et outiller nos enfants face à ces agresseurs peut permettre de leur éviter des séquelles à vie.

Des statistiques alarmantes !

Plusieurs recherches scientifiques menées sur le sujet des abus sexuels font état de chiffres presqu’irréels. Chaque année, des millions d’enfants à travers le monde sont victimes d’agressions sexuelles, et la plupart d’entre elles demeurent secrètes. On estime par exemple que : 

  • 1e fille sur 3 et 1 garçon sur 5 feront l’objet d’abus sexuel avant l’âge de 18 ans ;
  • 90% des victimes connaissent leur agresseur ;
  • 1 agresseur sur 4 a moins de 18 ans ;
  • 1 enfant sur 2 est abusé par un membre de sa famille 

Qu’appelle-t-on abus sexuel ?

Un abus sexuel est un geste à caractère sexuel d’un adulte envers un enfant ou d’un enfant envers un autre enfant.

Lorsque deux enfants sont impliqués, il est important de faire la différence entre les jeux sexuels et les abus sexuels. Ce qui fait la particularité des jeux sexuels est que les enfants impliqués ont à peu près le même âge et qu’ils s’inspectent en toute innocence (poussés par la curiosité), leurs parties intimes. Dans les cas d’abus, l’innocence n’est pas de mise.

La délicatesse de l’abus sexuel réside dans le fait qu’il peut parfois être commis « avec le consentement » de l’enfant et sans violence. Un abus peut :

  • Impliquer un contact physique : caresses, baisers, pénétration, viol, etc.
  • Comme pas en impliquer : montrer des images pornographiques à un enfant, lui envoyer des sms sensuels, lui demander de se prendre des photos nu… 

Des conséquences dramatiques !

Les conséquences des abus sexuels sont graves quel que soit l’âge de la victime. Elles varient en fonction du type et du nombre de fois d’abus, du lien avec l’agresseur et de l’âge. Elles peuvent avoir des répercussions à différentes étapes de la vie.

Elles peuvent être :

  •  Au plan physique : des maladies sexuellement transmissibles, des grossesses précoces, des infections urinaires récurrentes, des douleurs ou des plaies sur les parties intimes, des troubles alimentaires…
  • Au plan psychologique et émotionnel  : de la confusion, une perte de repères, un sentiment d’impuissance, un chaos émotionnel, un stress aigu, de la honte, de la culpabilité́, une mauvaise estime de soi, de la colère, des crises d’angoisse, une peur des adultes ou des adolescents, de la dépression, des troubles du sommeil, des troubles de la concentration ou de la mémoire, de l’anxiété́…
  • Au plan sexuel la peur ou le dégout pour des relations sexuelles, la prostitution, les addictions : drogue, alcool, pornographie. En outre, la victime peut elle-même devenir un agresseur. 
Les personnes qui ont lu cet article également lu :  Vidéo 26/52 : 8 Attitudes qui déséquilibrent émotionnellement un enfant- suite et fin

Enfant averti, prédateur détourné !

Un enfant non averti reste très influençable et donc très vulnérable. Il peut facilement se laisser entraîner s’il se retrouve face à une personne mal intentionnée

En tant que parent, il est par conséquent crucial de protéger nos enfants en les sensibilisant sur le sujet et en leur indiquant surtout la conduite à tenir face à un potentiel prédateur. Vous avez une grande influence sur vos enfants par le simple fait que vous êtes leur parent. Ce que vous leur dites est beaucoup plus important à leurs yeux et mieux pris en compte que ce qu’une tierce personne, ou même un inconnu pourra leur raconter. Il  y a donc de fortes chances que vos enfants mettent en application ce que vous leur direz.

Comment protéger vos enfants ? 

A partir de 2 ans, apprenez à vos enfants à nommer les différentes parties de leur corps. Faites-leur ensuite comprendre que certains endroits du corps sont des parties secrètes. Ces parties sont des endroits intimes qui doivent donc rester cachés. 

Vos enfants ne doivent non seulement pas les dévoiler, mais ils doivent en plus éviter de regarder ces parties chez les autres. 

Les zones concernées sont celles couvertes par le maillot de bain :

  • Pour les petits garçons : le sexe (le zizi, le kiki,…) et les fesses.
  • Pour les petites filles : le sexe (la zétète, le toto…), les fesses et la poitrine.

Faites savoir à vos enfants, qu’aucune personne ne doit chercher à voir ou à toucher ces parties. Il est en effet très important d’apprendre à vos enfants à faire la différence entre un attouchement et une marque d’affection physique. Votre enfant ne doit pas également se laisser embrasser sur la bouche par quiconque.

Vous pouvez faire l’exercice de nommer les différentes parties du corps avec votre petit pendant son bain :

“Ça c’est la… bouche, ça c’est le nez… ça ce sont les… testicules” (et cela ne doit pas vous choquer, parce que “testicule” est un mot du dictionnaire et il vaut mieux que votre enfant l’apprenne de vous 🙂

Dites ensuite à votre petit garçon :

« Personne ne doit chercher à voir ou à toucher te toucher les testicules, d’accord ? Si quelqu’un essaie de le faire, tu dois dire : “Non”  et t’enfuir. Dès que tu vois papa ou maman, tu dois en parler. Papa ou Maman ne se fâcheront pas contre toi parce que ce n’est pas de ta faute.» Demandez-lui ensuite :

– “Qu’est-ce que tu dois dire si quelqu’un veut te toucher les testicules ? 

Je dois dire NON

– Et qu’est-ce que tu dois faire  ? 

 Je dois m’enfuir et en parler à papa ou à maman

Un secret qu’il ne faut absolument pas garder !

Faites savoir à votre enfant que même si l’agresseur potentiel le supplie de garder le secret, il doit vous en parler. 

Effectuez donc cet exercice de temps à autres à vos enfants pour qu’ils l’intègrent. Une maman m’a confié qu’après une promenade avec son fils, ce dernier lui a dit dès qu’ils sont rentrés à la maison : 

Les personnes qui ont lu cet article également lu :  Comment passer plus de temps avec ses enfants ?

” Maman, tu as vu le jeune garçon qui se baladait dans le couloir ? Il a voulu me montrer son zizi la dernière fois, et j’ai dit non. “

Voyez comment une information toute simple peut faire la différence et éviter des catastrophes. 

Par ailleurs, je vous recommande vivement cet article dans lequel je parle de deux séries de questions à poser régulièrement à vos enfants pour connaître les temps forts de leur journée 

  1.  « Qu’est-ce qui t’a marqué positivement aujourd’hui ? Qu’est-ce que tu as aimé ? Qu’est-ce qui t’a rendu fier de toi, heureux ou t’a fait rigoler ? »
  2. « Qu’est-ce que tu n’as pas aimé ? Qu’est-ce qui t’a fait peur ? Qu’est-ce qui t’a rendu triste aujourd’hui ? »

Pendant que vous posez ces questions, observez vos enfants et leur langage corporel. S’il y a eu des menaces d’abus, vous aurez des indices. Vous pourrez alors en discuter et prendre les mesures adéquates pour leur offrir un environnement plus sain. 

Attention aux écrans !

Aussi, devez-vous protéger vos enfants contre les dangers des écrans. Aujourd’hui, il est possible de crypter les chaînes TV, d’installer des mécanismes de contrôle parental sur les ordinateurs et smartphones pour que vos enfants ne soient pas confrontés à des images pornographiques. 

Apprenez-leur en plus qu’ils ne doivent pas rester dans les parages si lorsqu’en visite chez des amis, ce genre d’images passent à la télé. Ils doivent s’enfuir. Et si un adulte les invite à regarder des scènes obscènes, ils doivent également dire NON, rapidement s’éloigner et vous en parler. 

Quels signes doivent alerter ? 

Si vous remarquez que votre enfant :

  • Oblige les autres enfants à se déshabiller ;
  • Caresse les parties génitales d’autres enfants ;
  • En sait trop sur le sexe pour son jeune âge ;
  • Simule des rapports sexuels ou d’autres comportements sexuels adultes ;
  • Introduit des objets dans son vagin ou son rectum ou dans ceux d’autres enfants ;
  • Fait des dessins tendancieux ;
  • Refuse la proximité physique, s’isole, a peur de rester seul ou d’aller seul quelque part,

Il y a peut-être anguille sous-roche. Rapprochez-vous de votre petit et emmenez-le à vous parler en toute confiance. 

Mon enfant a été abusé, que faire ? 

Si votre enfant vous raconte que quelqu’un a tenté d’abuser de lui :

  • Faites-lui savoir que vous prenez ses paroles au sérieux. 
  • Écoutez le attentivement sans lui suggérer de mots.
  • Signifiez-lui qu’il a bien fait de vous en parler. Félicitez-le et affirmez lui que vous comprenez et que vous le soutenez.
  • Même si vous êtes horrifié par ce que vous entendez, efforcez-vous de garder votre calme. Si vous vous laissez emporter par la colère, le choc ou la culpabilité, votre enfant pourrait être troublé de vous avoir troublé et cela ne l’encouragera pas à vous faire d’autres révélations plus tard.
  • Rassurez votre enfant : ce qui est arrivé n’est pas sa faute.
  • Si l’enfant vous demande de garder le silence, expliquez-lui qu’il y a des secrets qu’on ne garde pas parce que cela permet au mal de prospérer.
  • Dénoncez l’agresseur.

Afin d’aider votre enfant à aller de l’avant, éviter de lui faire raconter sa mésaventure à plusieurs personnes. Vous pouvez également demandez l’aide d’un pédopsychologue pour une prise en charge de votre enfant.

Si cet article vous a été utile, je vous invite à le partager pour que d’autres parents en bénéficient. Par ailleurs, vos commentaires sont très appréciés. Laissez-les donc en dessous ! 😉

Sources :

pedo.help.fr

https://naitreetgrandir.com/fr/etape/3-5-ans/vie-famille/fiche.aspx?doc=abus-sexuels

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

30 commentaires

  • Article très intéressant et riche. Merci pour ce que vous faites

  • Vous êtes une bénédiction .cest le moins que je puisse dire. Merci infiniment

      • Merci beaucoup eunice pour cet autre article. Je suis tres edifiee et je pense que je suis maintenant outiller pour instruire mes enfants sur cet aspect. Que le seigneur continue de vous inspirer pour aider les mamans que nous sommes. Demeures benie

  • salut,
    merci beaucoup pour ce que vous faites pour nous et nos enfants soyez béni

  • Ce sujet est tellement important dans l’éducation de nos enfants. Merci de nous permettre de l’appréhender si facilement

  • Merci pour ces informations, je commençais à être anxieuse car ne sachant comment aborder certains sujets avec ma fille qui grandit (8 ans) et votre article me donne des pistes à exploiter. Merci infiniment.

  • J’ai lu votre article avec beaucoup d’intérêt. Merci de nous accompagner dans cette noble mission.

  • Merci pour ce superbe article 🙂 Il est très complet et permet de prendre conscience que ce genre de chose est loin d’être anodin.
    En tant qu’infirmière puéricultrice j’ai déjà été confronté à la prise en soin d’un enfant victime de maltraitance physique et sexuelle. Ça fait froid dans le dos quand on sait que tout se joue dans l’enfance.
    Alors, merci pour cette sensibilisation qui devrait faire réagir plus d’un parent. Malheureusement ça n’arrive pas que chez les autres !
    Bonne journée,
    Sophie

    • Merci Sophie. Je n’ose même pas imaginer ce que cela fait que d’être confronté à une situation pareille 🙁 ! Belle journée à toi pareillement 🙂

  • Merci de nous partager ces approches faciles pour aborder des sujets si importants pour le développement harmonieux de nos enfants.

  • Et pourtant ,beaucoup de parents hésitent et, pire, refuse d’en parler avec leurs enfants. La communication parents enfants est fondamentale aujourd’hui quand on voit tous ces enfants victimes d’abus et qui malheureusement ne savent pas vers qui se tourner pour en parler.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *