Parents : Attention aux écrans !

Plusieurs parents utilisent la télé, les tablettes, les jeux vidéos… pour avoir un peu de calme. N’est-ce pas en effet plus sympa d’avoir des bambins sagement assis et concentrés devant un écran plutôt que d’être dérangé par plein de bruits, de cris, de mouvements brusques et de rires qui finissent en pleurs… ?

Et pourtant, les écrans sont-ils sans danger pour nos enfants ?

Pas si sûr… Plusieurs résultats d’études scientifiques et aussi le bon sens ne nous rassurent pas du tout à ce sujet.

Combien d’écrans possédez-vous chez vous ?

Faisons ensemble le décompte : une télé au salon (1), votre smartphone (2), celui de votre conjoint(e) (3), votre ordinateur portable (4), celui de votre conjoint(e) (5), votre tablette et/ou celui de votre conjoint (6), les smartphones de vos enfants (7, 8…),  les jeux vidéos de vos enfants (11, 12…)…

Selon le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, en 2018, en France, l’ensemble des foyers possèderaient en moyenne 5,6 écrans. Et de tous les types d’écrans, le téléviseur demeurerait le plus répandu dans les foyers.

Sans vous connaître, je peux d’ores et déjà oser affirmer que vous en avez très probablement un chez vous. De nos jours, ça fait plutôt « has been » de ne pas en avoir.

Même si les émissions éducatives peuvent avoir un impact positif sur nos enfants, plusieurs études et observations montrent en effet qu’une longue exposition aux écrans est nuisible à leur bon développement. Il y a bien danger !

1. Les écrans isolent nos enfants

Devant un écran TV, un écran d’ordinateur, une tablette ou un téléphone, c’est le calme chaotique. Le cirque qui s’y déroule tend même à nous effacer carrément de l’univers de nos enfants.

 Concentrés, ils ne nous entendent plus. Oreilles, yeux et méninge parfois même avec tout le reste du corps  y sont ‘’scotchés”.

Aujourd’hui avec la révolution numérique, nous vivons dans deux mondes parallèles : le monde réel et le monde virtuel. Présent physiquement, on est bien souvent absent, parce qu’absorbé par le virtuel.

A table, nos ados chattent avec leurs potes, lisent des posts sur les réseaux sociaux… et nous parents, ne sommes pas toujours des modèles non plus puisque nos smartphones sont nos anges-gardiens. Ils nous suivent même jusqu’aux toilettes parfois.

En famille, on peut se retrouver dans la même maison des heures durant, sans conversation : à chacun son écran !

2. Les écrans peuvent entrainer un retard dans le développement psychomoteur

Avant l’âge de 2 ans, un enfant a besoin d’interactions avec les adultes et avec le monde extérieur pour son bon développement.

Véritable boule d’énergie en pleine exploration, son insatiable curiosité l’emmène à se mouvoir et à explorer ses 5 sens : toucher, gouter, écouter, regarder, sentir.

 En étant exposé aux écrans de longues heures durant, l’enfant se retrouve dans une posture passive et sédentaire ; ce qui peut lui entrainer un retard tant au niveau du langage que de la motricité (marcher, courir, lancer…). A tout cela peuvent s’ajouter des problèmes d’obésité et de faibles habiletés sociales.

Les personnes qui ont lu cet article également lu :  Comment protéger ses enfants des abus ?

3. Concentration et sommeil

Votre enfant est trop distrait ? Les écrans ne sont pas faits pour arranger les choses. Plusieurs études révèlent en effet qu’une longue exposition aux écrans ne favorise pas une bonne capacité de concentration.

De plus, selon l’Académie Américaine de Pédiatrie (AAP), l’exposition à la lumière bleue et l’activité sur les écrans avant de dormir pourraient perturber le rythme de sommeil.

Lorsqu’on sait que le sommeil est indispensable à l’apprentissage, on devine tout de suite qu’une longue exposition aux écrans ne favorise pas de bons résultats scolaires.

4. Exposition à la violence, aux scènes d’horreur, aux injures, à la pornographie…

La liste est longue. Avec les écrans, les enfants sont exposés à des scènes de violence qui les marquent négativement et qu’ils peuvent avoir tendance à reproduire.

Dans leur ouvrage intitulé Aggressive behaviour during adolescence and adulthood, Johnson J.G. et Cohen P. révèlent le constat d’une augmentation de 160% des agressions physiques entre le CP et le CE1 dans une petite ville isolée du Canada dès l’introduction de la télévision entre 1973 et 1975. Ils poursuivent en affirmant quun tiers (1/3) des sujets emprisonnés pour agression admet avoir imité des gestes observés à l’écran. 

En outre, je ne vous apprends absolument rien en vous disant que plusieurs dessins animés regorgent de monstres, de sorciers et de vampires. Ces gros méchants viennent hanter les nuits de plusieurs petits… Votre enfant fait des cauchemars à répétition ? Vérifiez ce qu’il regarde la plupart du temps.

Autre chose, bon nombre de héros de dessins animés sont des champions en bêtises et en injures. Qu’est-on en droit d’espérer de la part des enfants qui les regardent tous les jours ?

Parlons des journaux télévisés (JT) ! En apparence, ils ne présentent rien de bien méchant. Mais saviez-vous que le CSA les déconseille aux enfants de moins de 8 ans ? Les JT n’étant pas adaptés à la sensibilité de nos bambins et pouvant les angoisser, nous devons protéger leurs âmes sensibles de certaines images et nouvelles arrivant à l’improvistes, lorsque nous nous informons.

Notre monde est complètement malade et tombé sur la tête ! Le sexe se retrouve quasiment partout : dans une pub de sucre, une pub de parfum, de chocolat… Les images pornographiques et sensuelles foisonnent ! On a l’impression que pour qu’un produit, un film ou un chant se vende, il faut une dose de sexe et de sensualité. Pense-t-on à nos enfants ?

Une maman regardait sur sa tablette, des vidéos de jouets sur YouTube avec sa fille de 3 ans. Les vidéos défilaient l’une à la suite de l’autre. A un moment donné, la maman dut laisser sa fille quelques minutes pour vaquer à l’une de ses occupations de ménagère. A son retour, grand fut son choc de retrouver la petite devant une vidéo de Barbie et Ken en plein ébats sexuels tenus par des mains d’adultes.

Une fois qu’ils auront consommé à forte dose toutes ces images, que pourra-t-on encore faire ? Si ce n’est dire et constater que ”le mal est fait’’ ?

En notre absence ou par inadvertance, nos enfants peuvent très bien se retrouver devant des images pas très ”catholiques”, carrément obscènes ou du moins très vilaines.

5. Addiction

Avec l’usage croissant d’internet, plusieurs adolescents développent une sorte de dépendance psychologique. Une forme d’anxiété les saisit lorsqu’ils sont hors connexion. Certains appellent cette forme d’anxiété FOMO (Fear of Missing Something : Peur de manquer quelque chose), d’autres la nomment nomophobie (la peur de se retrouver sans son téléphone).

Les personnes qui ont lu cet article également lu :  Les bases d'un allaitement maternel réussi

6. Pervers et prédateurs sexuels

Ils sont nombreux les prédateurs du net qui ne rêvent que de profiter de la naïveté des plus jeunes. Ces loups ravisseurs déguisés en agneaux font énormément de dégâts.

Le degré de vice, de cybercriminalité, de consommation de stupéfiants perpétrés par les ados est grandissant. Ce laisser-aller devant les écrans y est sûrement pour quelque chose !

Il est vrai que les médias et les technologies de l’information et de la communication sont un atout à grande échelle, mais si l’on n’y prend garde,  ils pourraient faire plus de mal que de bien.

Que faire ? Doit-on mettre tous nos écrans à la poubelle pour autant ?

Non, pas jusque-là. L’usage des écrans doit tout simplement être contrôlé et limité.

Voici quelques recommandations pour y arriver :

Les 8 commandements des écrans pour la famille

  • 1 – Tu verrouilleras les chaines TV non indiquées pour tes enfants

De plein gré, par inadvertance ou par la faute d’un tiers, vos enfants pourraient tomber sur des scènes indésirables. Plusieurs nounous en particulier sont très friandes de telenovelas ! Pour couper court, chez vous à la maison, verrouillez les chaines non indiquées pour vos enfants.

  • 2 – Tu limiteras les temps d’exposition aux écrans de tes enfants

Il ne s’agit pas de leur imposer les choses ; il ne s’agit pas non plus de négocier. Discutez ouvertement avec vos enfants afin qu’ils comprennent les risques liés aux écrans et partagez-leur ces règles.

Voici les recommandations du Dr. Aric Sigman, psychologue britanique sur les temps journaliers maximum d’exposition aux écrans en fonction des âges.

Age Temps maximum
d’exposition aux écrans (pour 24h)
Avant 3 ans Pas d’écrans
De 3 à 7 ans 30 à 60 minutes
De 7 à12 ans 1 heure
De 12 à 15 ans 1 h 30 minutes
16 ans et plus 2 heures

Source : The Parenting Book – Nicky et Sila Lee

  • 3 – Point d’écran, tu n’installeras dans la chambre de tes enfants

Parce que la chambre est un lieu de repos…

  • 4 – Tu n’accepteras point d’écrans pendant les repas en famille : ni télé, ni smartphone, ni tablette, ni jeu vidéo 

Profitez des instants de repas pour savourer ce que vous mangez et converser en famille.

  • 5 – Tes enfants n’utiliseront point d’écrans avant d’aller à l’école

Parce que ces derniers ne favorisent pas une bonne concentration.

  • 6 – Tes enfants ne regarderont point d’écrans, une heure avant de s’endormir

La lumière bleue ne favorise pas une bonne qualité de sommeil.

  • 7 – Autant que faire se peut, tu regarderas la télé avec tes enfants

C’est un excellent moyen de plonger dans leur univers. Privilégiez les documentaires, les fictions et dessins animés en rapport avec vos valeurs. Profitez-en pour discuter en famille.

  • 8 – En matière d’usage des écrans, tu donneras l’exemple à tes enfants

Nous sommes les héros que nos enfants voudront toujours copier. Pour leur prêcher convenablement, prêchons par l’exemple. Si dès que Papa rentre du travail, son réflexe est de s’affaler dans le canapé et d’allumer la télé…euh…

 Soyons donc disciplinés sur nos heures à nous devant les écrans ainsi nos enfants comprendront mieux la leçon !

« Ouh laaaaaa, mais c’est super compliqué à appliquer tout ça ! », pourrait-on penser.

En pratique, ces recommandations ne sont pas aisées à mettre en pratique surtout lorsque les enfants et les parents ont pris d’autres habitudes. Il faut donc une bonne dose de résolution et de persévérance pour y arriver.

De plus, sachez-le, la bataille est rarement définitivement gagnée. Pendant certaines périodes, vos enfants pourront se montrer très réglos, pendant d’autres ils pourraient avoir tendance à s’oublier … Soyez donc vigilant pour les rappeler à l’ordre quand le laisser-aller s’installe.

Pour finir, et si on décrétait une journée sans télé en famille ? Une journée au cours de laquelle on s’occuperait tous à faire autre chose : lire, dessiner, cuisiner, bricoler… Formidable non ? Dimanche ? Mercredi ? Samedi ? A vous de décider.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager… et des 8 commandements, laissez-moi en commentaires, ceux qui vous ont le plus marqué.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

2 commentaires

  • Bonjour Eunice,

    Je vous ai découverte il y a peu sur YouTube et c’est un vrai bonheur de vous lire et de suivre les capsules. Bien que n’étant pas encore mère, l’éducation des enfants est un sujet qui me passionne et vous faites un travail remarquable et d’utilité publique. MERCI !

    Le commandement qui me parle le plus est “7 – Autant que faire se peut, tu regarderas la télé avec tes enfants” car en plus de permettre aux parents de garder un œil sur ce que regardent les enfants, cette pratique peut aider à rendre cet acte (suivre la télé) moins passif pour les enfants en s’en servant pour dialoguer et rebondir ensemble sur ce qu’on a regardé/regarde.

    Pour finir, la journée sans télé en famille est une excellente idée. 😌

    • Merci Jihane, ravie de faire votre connaissance 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *